Archives par étiquette : ressemblance

LA QUÊTE DE RESSEMBLANCE CHEZ LES SUJETS ADOPTÉS :

 une tentative pour colmater les brèches identitaires

 

Texte présenté au colloque de la SPF sur le thème « Identités et sujet », le 31 mars et 1er avril 2012, à Paris, dans le cadre de l’atelier « Quand le sentiment d’identité vacille », publié dans Les lettres de la SPF, n°30, 2013, p. 73-82.

 

L’identité personnelle prend sa source depuis l’autre par le jeu des identifications. Elle nait dans le lien aux parents, parents qui font don de reconnaissance : tu es mon fils/ tu es ma fille, reconnaissance qui est d’abord une disposition psychique et affective avant d’être un acte juridique. C’est du lien avec sa mère et avec ses proches que l’enfant grandit au sentiment d’une évidence : bien sûr que je suis ton enfant, que je suis leur enfant, bien sûr que je suis moi-même. L’évidence de soi-même est le fondement de tout sentiment identitaire[1]. Cette évidence du lien aux parents est toujours à créer : elle n’a rien d’une évidence et la ressemblance physique aide à conforter la conviction : c’est mon portrait tout craché, il est logique que je me retrouve en lui. La ressemblance physique n’est pas une condition du lien (nous allons voir qu’elle manque chez l’enfant adopté et que ce manque est douloureux) mais elle le facilite : la filiation s’inscrit aussi dans le jeu de la semblance[2] et on en voit d’ailleurs les manifestations enthousiastes dans les maternités. Continuer la lecture