Archives de catégorie : Non classé

ABUS SEXUELS : QUEL TRAUMA ?

Texte présenté à la journée de travail de la SPF à LYON du 17 octobre 1998 sur le thème “ Trauma : Inaudible/Indicible”

Dans les prémices de notre travail[1] sur le trauma, confrontant Freud et Ferençzi, nous en étions venus à proposer ce titre : “ Le trauma : inaudible et/ou indicible ”, qui sous-entendait la question de l’irreprésentable dans le trauma.

Un collègue avait, dans une conversation privée, vertement critiqué ce titre. Si je me permets de résumer ses arguments, je dirais que pour lui, l’inaudible renvoie tout simplement à une question de contre-transfert, donc de contrôle et ne peut être l’objet d’un colloque. Quant à l’indicible, si on ne croit pas que tout peut être dit, il vaut mieux arrêter de faire de la psychanalyse. Ceci m’a bien sur fait réfléchir et une histoire clinique survenue dans ma pratique à ce moment a réinterrogé la façon de dire le trauma. C’était il y a plus de 6 mois, ma réflexion a évolué depuis mais je vous livre quand même cette séquence clinique bien imparfaite car je crois qu’elle peut alimenter notre discussion d’aujourd’hui.

Continuer la lecture

TÉMOIGNER,

à partir de récits des survivants de camp de concentration

Texte présenté au colloque “écriture et psychanalyse” à Lyon en novembre 1988, publié dans Entrevues n°16

C’est une question, tout autant posée par ma curiosité infantile, que par ma rencontre avec la psychose qui m’a poussée vers ces récits sur les camps nazis : qu’est-ce qui nous fait vivre? Qu’est-ce qui a permis à ces hommes et à ces femmes de vivre alors que tout espoir de vivre avait été banni? Comment Eros a-t-il pu survivre sous Thanatos.

Témoigner dans les camps, c’était témoigner que celui qui mange des épluchures n’est pas un animal, qu’il reste un homme et que c’est cela sa grandeur.

Lire l’article en cliquant sur ce lien